Bd-cine.com

Accueil » Acteurs » DEAN James

Recherche :  OK
DEAN James

Disponible(s) à la vente :

 Ciné Revue 1956 N°49
 Il était une Fois l'Amérique "L'Âme"
 Il était une Fois l'Amérique "La Terre"
 Il était une Fois l'Amérique "Les Guerres"

DEAN James

Production :

Acteur Américain

Biographie :

James Byron Dean surnommé Jimmy Dean était un acteur américain né le 8 février 1931 à Marion et décédé prématurément le 30 septembre 1955 à Cholame en Californie. Son décès tragique, à l'âge de 24 ans, au sommet de sa gloire a contribué à garantir son statut de légende du cinéma américain. Il est le symbole de la jeunesse en désarroi des années 1950.

Fils unique de Winton Dean et Mildred Wilson Dean. Six ans après que son père abandonna son travail à la ferme pour devenir dentiste, sa famille part s’installer à Santa Monica en Californie. James Dean entra alors à l'école publique du quartier de Brentwood à Los Angeles, jusqu’à la mort de sa mère en 1940, décédée des suites d’un cancer de l'utérus, alors qu'il n'avait que 9 ans. Cette mort innatendue, James ne le sut apparemment pas, il s'agissait d'un sujet tabou à l'époque, le laissa dans un profond désarroi.
Il fut alors envoyé dans l’Indiana à Fairmount, pour vivre chez son oncle et sa tante, Marcus et Ortense Winslow.
Au lycée, il s’initia au théâtre et pratiqua le basket-ball. Sa taille de 1m73, ne l’empêcha pas d’être un très bon joueur mais sa myopie l'empêcha de se révéler complètement dans ce sport. Après avoir obtenu son diplôme en 1949, alors qu'il avait 18 ans, il quitta Fairmount pour Los Angeles, où il rejoignit son père qui s'était remarié.
Il entra à l'Université de Santa Monica où il fut intégré dans la confrérie des Sigma Nu. Il fut ensuite transféré vers l’Université de Californie à Los Angeles. C’est à cette époque qu’il s’investit totalement dans le théâtre, provoquant une grande cause de désaccord avec son père : il le quitta pour vivre dans un appartement avec son ami William Bast. Ses sources de revenus venaient de petits boulots qu'il exerçait, comme par exemple gardien de parking.
James Dean commença sa carrière d’acteur en tournant dans une pub pour le Pepsi-Cola. Il quitta l’université pour pouvoir se consacrer entièrement à sa passion de comédien et suivit des cours de comédie à l'Actors Studio de New York. Il fit alors des apparitions dans différentes séries de télévision. Il joua également au théâtre où il connut un grand succès à Broadway à New York dans la pièce d’André Gide, L'Immoraliste, qui le propulsa dans le monde du cinéma.
Il apparut dans différents films peu connus, mais c’est son rôle de Cal Trask dans À l’Est d’Éden, où il reçut d’ailleurs une nomination aux Oscars dans la catégorie Meilleur Second Rôle Masculin (première nomination posthume de l’histoire des Oscars), qui le rendit célèbre et révèla tout son génie dramatique. Il enchaîna ensuite avec La Fureur de vivre, puis Géant, son dernier film pour lequel il reçut également une nomination aux Oscars dans la catégorie Meilleur Acteur.

Malgré les différentes biographies de l’acteur qui affirment son homosexualité ou son hétérosexualité, James Dean était en fait bisexuel. Durant son adolescence, il eut une relation homosexuelle avec le pasteur James DeWeerd, et c’est ce même pasteur qui célébra son enterrement. Différentes biographies de l’acteur disent qu’il sortait tous les soirs à New York et que, chaque soir, il avait une conquête différente, qu’elle soit homme ou femme. Il a connu de nombreuses relations amoureuses : sa toute première fut la danseuse Liz Sheridan, mais une de ses plus grandes est celle avec William Bast, son ami et amant, avec lequel il est resté de l'âge de 19 à 24 ans, avec des phases amoureuses et amicales.

Récompenses : 1955 : nomination à l'Oscar du Meilleur Acteur pour À l'Est d'Eden1956 : nomination à l'Oscar du Meilleur Acteur pour Géant1956 : Golden Globe (posthume) du Meilleur Acteur dans un Drame pour À l'est d'Eden1957 : Henrietta Award (posthume)

Filmographie complète :

  • 1951 : Baïonette au canon (Fixed Bayonets!) de Samuel Fuller
  • 1952 : La Polka des marins (Sailor Beware) de Hal Walker
  • 1952 : Qui donc a vu ma belle ? (Has Anybody Seen My Gal?) de Douglas Sirk
  • 1953 : L’Homme de bonne volonté (Trouble Along the Way) de Michael Curtiz
  • 1955 : À l'est d’Éden (East of Eden) d’Elia Kazan
  • 1955 : La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause) de Nicholas Ray
  • 1956 : Géant (Giant) de George Stevens
Mon panier Panier
0 article(s)