Bd-cine.com

Accueil » Acteurs » BARRAULT Jean-Louis

Recherche :  OK
BARRAULT Jean-Louis

Disponible(s) à la vente :

 Drôle de Drame
 D'Homme à Hommes
 Drôle de Drame
 Chroniques de France 1965 Dalida
 Étoiles de Demain
 La Rose et le Réséda

BARRAULT Jean-Louis

Production :

Acteur Français

Biographie :

Jean-Louis Barrault, né le 8 septembre 1910 au Vésinet dans les Yvelines et mort le 22 janvier 1994 à Paris, est un comédien, metteur en scène et directeur de théâtre français.

Ancien élève du Lycée Chaptal, Jean-Louis Barrault est d'abord élève de Charles Dullin et acteur de sa troupe de 1933 à 1935. À vingt-cinq ans, sa rencontre avec Étienne Decroux le pousse à se passionner pour le mime.

Il entre à la Comédie-Française en 1940 et en devient le 408e sociétaire le 1er janvier 1943. Il y met en scène Le Soulier de satin et Phèdre, deux pièces qui assureront sa célébrité. Il démissionnera le 31 août 1946.

En 1946, il fonde avec sa femme Madeleine Renaud la Compagnie Renaud-Barrault et s'installe pour dix ans au Théâtre Marigny. Ils engagent André Brunot, Pierre Bertin, Catherine Fonteney, Georges Le Roy, Jean Desailly, Jacques Dacqmine qui viennent de la Comédie-Française, Marie-Hélène Dasté, Régis Outin, Pierre Renoir, Simone Valère, Jacqueline Bouvier-Pagnol, Gabriel Cattand, Jean-Pierre Granval, les musiciens Pierre Boulez et Maurice Jarre. En 1954, il emménage dans le théâtre le Petit Marigny.

Avec André Frank, il crée en 1953 la revue les Cahiers Renaud Barrault, publiés aux Éditions Julliard, puis chez Gallimard. 

En 1958, il fonde le "Nouveau Cartel" avec André Barsacq, Jean Mercure et Raymond Rouleau.

À partir de 1959, André Malraux lui confie le Théâtre de l'Odéon qui devient L'Odéon-Théâtre de France, dont il devient le directeur. Jean-Louis Barrault y manifeste un éclectisme qui pourra lui être reproché : il monte les grandes œuvres du répertoire classique (Racine, Shakespeare), mais crée aussi des pièces contemporaines : Rhinocéros de Eugène Ionesco en 1960, Oh les beaux jours de Samuel Beckett en 1963, Des journées entières dans les arbres de Marguerite Duras en 1965, Les Paravents de Jean Genet en 1966, cette pièce, créée peu après la guerre d'Algérie, fait scandale. Il continue aussi à populariser le théâtre de Paul Claudel.

En mai 1968, il ouvre le théâtre de l'Odéon aux étudiants, qui l'occupent pendant plus d'un mois. André Malraux ne le lui pardonne pas, et Barrault doit quitter l'Odéon. Il installe sa compagnie dans une salle de catch, l'Élysée Montmartre, puis dans la Gare d'Orsay, qu'il aménage en Théâtre d'Orsay et présente dans Italiques; puis au Théâtre du Rond-Point. Jean-Louis Barrault y signe des créations originales à partir de sa lecture des grands auteurs (Rabelais, Ainsi parlait Zarathoustra, Zadig).

Jean-Louis Barrault a été aussi un grand acteur de cinéma. Son interprétation inoubliable de Baptiste-Debureau dans Les Enfants du paradis de Marcel Carné en 1944 popularise son génie du mime. Dans Le Testament du docteur Cordelier de Jean Renoir, il joue le double rôle du docteur et d'Opale. 

Jean-Louis Barrault a été l'époux de Madeleine Renaud. Ils sont inhumés ensemble au Cimetière de Passy à Paris. Il était en outre l'oncle de Marie-Christine Barrault.

Filmographie complète :

  • 1935 : Les Beaux Jours de Marc Allégret : René
  • 1936 : Hélène de Jean Benoît-Lévy et Marie Epstein : Pierre Régnier
  • 1936 : Sous les yeux d'occident de Marc Allégret : Haldin
  • 1936 : Mayerling d'Anatole Litvak : Un étudiant
  • 1936 : Mademoiselle docteur ou Salonique, nid d'espions de Georg Wilhelm Pabst : Le client fou
  • 1936 : Un grand amour de Beethoven d'Abel Gance : Karl van Beethoven
  • 1936 : Jenny de Marcel Carné : le Dromadaire
  • 1936 : À nous deux, madame la vie de Yves Mirande et René Guissart : Paul
  • 1937 : Drôle de drame de Marcel Carné : William Kramps, dit : Le tueur de bouchers
  • 1937 : Police mondaine de Christian Chamborant et Michel Bernheim : Scoppa
  • 1937 : Le Puritain de Jeff Musso : Francis Fériter
  • 1937 : Les Perles de la couronne de Sacha Guitry et Christian-Jaque : Bonaparte jeune
  • 1937 : Altitude 3200 de Jean Benoît-Lévy et Marie Epstein : Armand
  • 1938 : Mirages ou Si tu m'aimes d'Alexandre Ryder : Pierre Bonvais
  • 1938 : Orage de Marc Allégret : L'Africain
  • 1938 : La Piste du sud de Pierre Billon : Olcott
  • 1939 : L'Or dans la montagne de Max Haufler : Maurice Farinet
  • 1941 : Le Destin fabuleux de Désirée Clary de Sacha Guitry : Napoléon Bonaparte
  • 1941 : Parade en sept nuits de Marc Allégret : Lucien
  • 1941 : Montmartre-sur-Seine de Georges Lacombe : Michel
  • 1942 : La Symphonie fantastique de Christian-Jaque : Hector Berlioz
  • 1942 : L'Ange de la nuit de André Berthomieu
  • 1942 : Étoiles de demain - court métrage documentaire de René Guy-Grand : lui-même
  • 1945 : Les Enfants du paradis de Marcel Carné : Baptiste Debureau dans les deux époques : Le Boulevard du crime et L'Homme blanc
  • 1945 : La Part de l'ombre de Jean Delannoy : Michel Kremer
  • 1945 : Lettre de Paris court métrage documentaire de Roger Leenhardt : lui-même
  • 1946 : Le Cocu magnifique de Emile-Georges De Meyst : Bruno
  • 1947 : La Rose et le Réséda court métrage d'André Michel : récitant
  • 1948 : D'homme à hommes de Christian-Jaque : Henri Dunant
  • 1950 : Vagabonds imaginaires, court métrage d'Alfred Chaumel, avec Roger Blin et Charles Dullin ; Barrault dit Le Bateau ivre4
  • 1950 : La Ronde de Max Ophüls : Robert Kuhlenkampf le poète
  • 1950 : Traité de bave et d'éternité - Film expérimental à partir d'archives d'Isidore Isou + des images tournées avec Daniel Gélin : lui même
  • 1952 : Avec André Gide - Documentaire de Marc Allégret : lui même
  • 1954 : Si Versailles m'était conté... de Sacha Guitry : Fénelon
  • 1958 : Musée Grévin - Court métrage, documentaire (21 min) de Jacques Demy : lui-même
  • 1959 : Le Testament du docteur Cordelier de Jean Renoir : le docteur Cordelier / Opale
  • 1960 : Le Dialogue des carmélites de Philippe Agostini : le mime
  • 1960 : La belle saison est proche - court métrage documentaire (20 min) de Jean Barral : lui-même
  • 1961 : Le Miracle des loups d'André Hunebelle : Louis XI
  • 1962 : Le Bonheur d'être aimée court métrage d'Henri Storck
  • 1962 : Le Jour le plus long (The Longest Day) de Ken Annakin : le père Roulland
  • 1964 : La Grande Frousse de Jean-Pierre Mocky : Douve, employé de mairie
  • 1966 : Chappaqua de Conrad Rooks : Dr. Benoit
  • 1977 : Jacques Prévert - Documentaire de Jean Desvilles : Témoignage
  • 1978 : Hommage à Charlie Chaplin - Documentaire de Moïse Maatouk : Récitant ( texte de Jean Cocteau )
  • 1980 : The Lovers' Exile de Marty Gross : Introducer (for television)
  • 1982 : La Nuit de Varennes d'Ettore Scola : Nicolas Edme Restif de La Bretonne
  • 1983 : Jean-Louis Barrault, un homme de théâtre - court métrage documentaire de Muriel Balasch : Lui-même
  • 1985 : Marcel Carné, l'homme à la caméra - Documentaire de Christian-Jaque : Récitant
  • 1988 : La Lumière du lac de Francesca Comencini : le vieux
  • Mon panier Panier
    0 article(s)